Le partenariat dans un projet européen : le pilier central

Un projet européen de coopération est fondé sur un élément essentiel : le partenariat. La coopération est la clé de voûte d’un projet européen. En effet, la constitution du partenariat et le rôle de chaque partenaire est étudié à la loupe lors de l’évaluation d’une candidature à un appel à projet. 

Un partenariat solide permet de construire un projet européen et des relations partenariales durables : nous vous livrons ici des conseils pour savoir comment former et animer un partenariat dans le cadre d’un projet européen.

Comment former un partenariat ?

Choisir ses partenaires est un exercice difficile, c’est pourquoi vous devez construire un partenariat sur des bases solides. Former un bon partenariat repose alors sur quatre éléments principaux : la complémentarité, l’objectif commun et la définition précise des rôles et obligations de chacun.

Complémentarité

S’associer et trouver les bons partenaires est un enjeu décisif. Cela implique pour le chef de file de s’auto-évaluer ; évaluer ses compétences, ses points forts et ses points faibles. En effet, la richesse d’un consortium réside dans la complémentarité des savoir-faire et dans la diversité des acteurs qui le compose. Cette interdépendance permet d’éviter toute concurrence entre partenaires. Le chef de fil démontre ainsi sa capacité à mobiliser son environnement et à travailler avec d’autres personnes autour d’un projet commun.

Objectif commun

L’objectif commun est la raison d’être du partenariat et du projet. Un travail préliminaire permet aux partenaires de partager leurs intérêts respectifs, de dégager un intérêt commun et d’identifier une problématique commune rencontrée au sein d’un secteur professionnel. Celle-ci doit viser l’amélioration de l’intérêt général. En effet, l’Union Européenne a pour mission de financer des projets culturels s’ils répondent aux orientations qu’elle s’est fixée : augmentation de l’emploi, insertion, recherche et développement, actions en faveur du climat, de lutte contre la pauvreté… et s’ils ciblent des besoins clairement identifiés. 

Définir les rôles

Pour construire un partenariat durable, les parties prenantes peuvent comparer leurs compétences et leur apport au sein du projet. Cette étape cruciale permet de donner lieu à une répartition des tâches claire et équilibrée. Ainsi, chaque partenaire est conscient de ses obligations et de son taux d’implication au sein du projet.

Partager les responsabilités

Dans le cadre d’un projet financé par l’Europe, tous les partenaires sont légalement responsables des dépenses qui vont être engagées et des actions qui vont être menées. Un accord de coopération, aussi appelé Partner’s Agreement ou Cooperation Agreement, est rédigé par le chef de file et approuvé par le consortium. Cet accord  acte la solidarité des partenaires entre eux. De plus, il fixe les règles et valeurs de la coopération. En cas de désaccord, c’est le document auquel les partenaires peuvent se référer. 

Comment animer un partenariat européen ?

L’animation d’un partenariat européen implique une relation de confiance et un dialogue continu entre partenaires. Le coordinateur pilote et veille à ce que le projet se réalise sans encombre.

Confiance, transparence, bienveillance et respect

Le coordinateur doit instaurer une relation de confiance et de respect mutuel entre les partenaires. Les relations partenariales doivent être transparentes. Le chef de file fait également attention au rythme de prise de décisions et de réalisation des actions du projet. En bref, il doit veiller à ce que les échanges soient bienveillants et que les partenaires puissent s’expliquer en toute franchise. 

Puisqu’il s’agit d’un projet international, les partenaires échangent dans une langue qui n’est souvent pas la leur. Cela peut engendrer des tensions et des incompréhensions. C’est pourquoi un travail sémantique sur les termes employés peut permettre de dissiper les mésententes.

Enfin, la question de confiance se travaille sur l’informel en particulier lors des réunions de travail. Ces temps informels permettent aux partenaires d’apprendre à se connaitre et de nouer des relations durables. Misez sur l’hospitalité ! N’hésitez pas à inviter vos partenaires manger, à boire un verre mais aussi, à visiter un endroit, à vivre une expérience en commun !

Dialogue continu

Pour réaliser leur objectif commun, les partenaires doivent communiquer de façon continue durant toute la durée du projet. Vous devez planifier des temps de dialogue réguliers, même si ceux-ci sont concis. Le chef de file, en accord avec les partenaires, doit mettre en place un processus de concertation et de prise de décisions. Des règles de gouvernance, des procédures basiques et des outils de communication collaboratifs peuvent également être mis en place pour faciliter les échanges. 

Pour en apprendre davantage au sujet des relations partenariales dans le cadre d’un projet européen :

Vidéo EACEA : Animer un partenariat 

Forum Entreprendre dans la Culture : Méthodologie pour répondre à des projets européens 

Vidéo OPCCCulture : Coopérer dans des projets européens 

Vous avez besoin d’aide pour gérer votre projet européen  ? Un partenaire pour votre projet Erasmus+, Creative Europe ou tout autre programme ? N’hésitez pas à nous contacter !

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

Translate »